Un point est fait sur la mise en œuvre des consignes sanitaires par les assistant(e)s maternel(le)s désormais bien maîtrisées compte-tenu de la durée de la crise sanitaire.

Des problèmes liés aux remboursements de la sécurité sociale, et par ricochet de l'IRCEM sont remontés.

A nouveau, les problèmes d'interprétations des textes par les PMI sont signalés à la DGCS, notamment pour les accueils supplémentaires dans le cadre de la dérogation liée à la crise sanitaire.

La DGCS rappelle que le document relatif à l'auto-évaluation dans le cadre de l'accueil d'un enfant supplémentaire à titre dérogatoire n'empêche pas l'intervention de la PMI. Un groupe de travail a été créé pour rendre les pratiques des PMI plus homogènes mais la décentralisation reste un élément fort qui rend l'application unifiée des règles complexe.

L'ensemble des participants fait part de son mécontentement sur les disparités des pratiques des PMI qui occupent les discussions de la plupart des réunions depuis des années.

La CGT intervient pour rappeler sa demande d'une organisation d'assises ou d'états généraux permettant d'avancer sur une application homogène des règles nationales. Nous intervenons également pour dénoncer la façon dont nous sommes parfois traités lorsque nous accompagnons des ASSMATS en CCPD, Il est fréquent qu'on nous fasse attendre des heures, qu'on essaye de nous empêcher d'intervenir, sans parler des conditions dans lesquelles on demande aux Assmats qui siègent en CCPD d'intervenir (annulation de réunions à la dernière minute, manque de moyens pour préparer les réunions, ...). Pour la CGT, il faut qu'au niveau national, des règles visant à assurer les droits de la défense des ASSMATS, de celles et ceux qui les accompagnent où qui siègent en CCPD soient imposés.

Prochaine réunion avec la DGCS en AVRIL mais en attendant, n'hésitez pas à participer à notre Webinaire le 6 mars prochain entre 10 heures et 11 heures 30, la question du rôle des PMI y sera abordée: inscrivez-vous !

 

 

0 0 voter
Évaluation de l'article