On pourrait presque en rire, nerveusement sans doute, mais dans le secteur lucratif des services à la personnes, même les salariés les plus qualifiés voient leur minima conventionnel systématiquement en dessous du SMIC (qui doit néanmoins s'appliquer dans ce cas).

Etendue par un décret du 7 septembre, la grille conventionnelle des salaires signées par toutes les organisations syndicales, sauf la CGT est déjà rattrapée par le SMIC qui passera à 10,48 euros bruts au 1er octobre prochain. Une situation qui n'est pas nouvelle dans ce secteur comme dans d'autres et qui pose la question des salaires et de l'attractivité des métiers.

Confronté à une véritable pénurie de personnel dans des secteurs comme l'hôtellerie restauration, l'aide à domicile, le gouvernement pose des pansements sur des jambes de bois et le patronat s'exonère de toute responsabilité, réclamant de nouvelles aides publiques ou allègements de cotisations.

Pour le secteur de l'Aide à domicile, le premier Ministre a annoncé une dotation de 240 millions d'euros et la création d'un tarif plancher national fixé à 22 euros. Aucune mesure contraignante pour les entreprises qui pourront cumuler ce nouveau cadeau de l'état avec les marges déjà réalisées sur le dos des droits des salarié(e)s du secteur. Une bonne raison de se mobiliser le 5 octobre ! @mobilisationaideadomicile 

Emploi repèreNiveauTaux horaire brut
Agent d'entretien petits travaux de jardinageI10,25
Agent d'entretien petits travaux de bricolage
Assistant(e) de vie[1]
Garde d'enfant(s)[1]
Assistant(e) ménager(ère)[1]
Garde d'enfant(s)[2]II10,30
Assistant(e) ménager(ère)[2]
Assistant(e) de vie[2]III10,35
Garde d'enfant(s)[3]
Assistant(e) de vie[3]IV10,47
Les salaires de misère des entreprises de services à la personne
1 1 voter
Évaluation de l'article